15 habitudes que vous ne saviez jamais vieillissaient votre cerveau

De la marche que vous avez sautée ce matin aux collations que vous aurez avant le coucher, vos choix quotidiens peuvent avoir un impact important sur votre risque de développer une démence et la maladie d’Alzheimer. Voici les meilleurs moyens d’accélérer le déclin de votre esprit.

Vous ne prenez pas de mesures pour sauver votre esprit

Il est indéniable que le vieillissement normal entraîne des modifications du cerveau qui ralentissent la fonction cognitive: certaines régions du cerveau se contractent, la communication entre les neurones peut diminuer, le flux sanguin dans le cerveau peut diminuer et l'inflammation peut augmenter, selon le National Institute on Aging (NIA) . Mais certaines habitudes quotidiennes peuvent accélérer ce vieillissement cérébral - et il est quelque chose que vous pouvez faire à ce sujet. Marie A. Bernard, MD, directrice adjointe de la NIA, un corpus croissant de recherches - comprenant un rapport de 2017 des académies nationales des sciences, de l'ingénierie et Médecine - suggère que des pratiques saines en général peuvent également être bénéfiques pour la cognition. «En d'autres termes, l'activité physique, la gestion des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires (hypertension, diabète, tabagisme, par exemple), un sommeil suffisant, sont également bénéfiques pour d'autres raisons de santé et peuvent être utiles au cerveau», a déclaré le Dr Bernard. dit dans un email. Des pratiques supplémentaires telles que rester socialement actif, traiter la dépression et éviter une consommation excessive d'alcool peuvent également être bénéfiques. Ne manquez pas les 12 signes indiquant que votre cerveau vieillit plus vite que vous.



Vous ne protégez pas votre audition

La déficience auditive est liée à la démence: une étude réalisée en 2011 par la faculté de médecine de l'Université Johns Hopkins et le National Institute on Aging a révélé que les personnes âgées malentendantes étaient «beaucoup plus susceptibles de développer une démence». surcharger le cerveau ou que la perte d'audition puisse conduire à l'isolement social, facteur de risque reconnu de démence. Quelle que soit la raison, les volontaires de l'étude atteints d'une perte auditive légère, modérée ou grave présentaient des risques deux fois, trois fois et cinq fois plus importants - respectivement - de développer une démence sur une période de plusieurs années.

Tu bois trop

En ce qui concerne votre cerveau, il y a une grande différence entre déguster un verre de vin avec un dîner et une consommation excessive le samedi soir. Une étude menée en 2012 par l'Université Rutgers a utilisé des rats pour modéliser une «consommation modérée à forte», définie comme un taux d'alcoolémie de 0,08%. Chez ces rongeurs «ivres», la production de cellules nerveuses dans l’hippocampe du cerveau - la région impliquée dans certains types d’apprentissage - a chuté de près de 40%. «À long terme, ce type de comportement pourrait avoir un effet négatif sur l'apprentissage et la mémoire», a déclaré Megan Anderson, étudiante diplômée et principale auteure, dans un communiqué de presse de Rutgers. Assurez-vous de garder votre cerveau jeune avec ces habitudes de génie.

Vous ne vous souciez pas de votre coeur


plan de jus de graisse malade et presque mort

Le bon sens dit que la santé cardiaque est directement liée à la santé du cerveau. «Nous savons que ce qui est bon pour votre cœur est bon pour votre cerveau», a déclaré James A. Hendrix, PhD, directeur des initiatives scientifiques mondiales de l’Alzheimer’s Association. Si votre cœur est stressé et tendu et que votre cerveau ne reçoit pas un flux sanguin adéquat, il vieillira plus rapidement. En effet, une étude menée en 2017 JAMA Neurologie contribué au corpus de recherches réaffirmant ce lien. L'étude a révélé que les personnes d'âge moyen présentant des facteurs de risque vasculaires, comme l'hypertension ou le diabète, étaient plus susceptibles de développer une démence en vieillissant.

Vous ne portez pas de casque lorsque vous faites du vélo ou du ski

Une nouvelle recherche révèle que la gravité d’une lésion cérébrale traumatique et son âge durable peuvent avoir un impact sur le risque de démence à long terme. Une étude 2018 en La psychologie du lancet ont constaté que les personnes ayant des antécédents de TBI présentaient un risque de démence plus élevé de 24% par rapport aux personnes sans ces antécédents. Ce qui nous a surpris, c'est qu'un seul TBI léger était associé à un risque de démence significativement plus élevé, a déclaré l'auteur principal Jesse Fann, professeur de psychiatrie et de sciences du comportement à la faculté de médecine de l'Université de Washington dans un communiqué de presse. L’étude a également révélé que si vous subissez une lésion cérébrale dans la vingtaine, le risque de démence dans la cinquantaine augmente d’environ 60%. Fann espérait que l'étude inciterait les personnes ayant des antécédents de TBI à adopter des habitudes saines pour le cerveau, telles que faire plus d'exercice et consommer moins de tabac et d'alcool.

Vous préférez le canapé à la salle de sport

Hendrix met en garde contre le fait de laisser les préoccupations concernant certains sports conduire à un style de vie sédentaire, car le manque d'exercice est un autre facteur de risque de démence. Dans une étude de 2018 dans le journal Neurologie par exemple, des chercheurs ont testé la condition physique des femmes en étudiant leur performance sur des vélos stationnaires; Les femmes ayant une «bonne condition cardiovasculaire» présentaient un risque de démence inférieur de 88% à celles d'un groupe de femmes «moyennement en forme», a rapporté CNN. En outre, l’étude a révélé que les symptômes de démence commençaient onze ans plus tard dans le groupe «conditionnement physique élevé» par rapport au groupe «conditionnement physique moyen». Évitez ces 22 autres habitudes qui vous font vieillir plus vite.

Vous veg devant la télé

Lorsqu'il s'agit de sauver votre cerveau, vos muscles mentaux pourraient également bénéficier d'exercices réguliers. Une étude en 2017 Recherche translationnelle et interventions cliniques sur Alzheimer et la démence ont rapporté que les personnes âgées ayant suivi un programme d’entraînement cognitif sur ordinateur appelé «vitesse de traitement» réduisaient leur risque de démence de 29%. «Certaines recherches prometteuses ont montré que l'entraînement cognitif dans des domaines spécifiques - par exemple, le traitement de l'information ou la mémoire - ralentit le déclin cognitif pendant au moins deux ans après la formation», explique le Dr Bernard. «Cependant, la manière dont cela se traduit par les jeux de réflexion actuellement disponibles n’est pas claire. De manière importante, il n’ya pas de preuves suffisantes que les jeux cérébraux peuvent empêcher le déclin cognitif ou des maladies telles que la maladie d’Alzheimer. »Néanmoins, contester votre esprit, comme lire et faire des mots croisés ou des énigmes de Sudoku, ne pourrait pas vous blesser et pourrait même vous aider.

Vous n'aimez pas apprendre de nouvelles choses

Il s'avère que les personnes plus instruites ont des taux de démence plus bas. «L’âge de leur éducation est l’un des meilleurs prédicteurs de la protection contre la maladie d’Alzheimer et la démence au fur et à mesure de leur vieillissement», explique le Dr Hendrix. «En apprenant des choses, vous développez de nouveaux liens et cela vous donne plus de résilience. C’est comme si vous mettiez plus d’argent dans votre compte de retraite, et lorsque vous prendrez votre retraite et que votre cerveau commence à ralentir, vous pouvez vous en servir. »Cette mesure de force et de flexibilité trompeusement simple peut prédire si vous aurez une longue vie.

Vous tardez à prendre des mesures pour protéger votre esprit

Entre les sports au lycée et les choix éducatifs, les jeunes ont de nombreuses occasions de se protéger contre la démence des décennies plus tard. «La santé du cerveau est un cours de la vie», déclare le Dr Hendrix. «Ce n’est pas une chose à laquelle penser uniquement parce que vous venez d’avoir 65 ans et que vous prenez votre retraite. C’est la raison pour laquelle nous devons soutenir l’éducation afin que nos enfants et nos petits-enfants aient la capacité de faire preuve de cette résilience. Ainsi, quand ils deviendront des personnes âgées, leur cerveau sera mieux protégé.

Vous laissez les vieilles amitiés et les liens familiaux disparaître

Tout comme faire des emplettes pour des chaussures ou faire du jogging dans le quartier, garder son esprit vif et engagé est plus facile lorsque vous impliquez des amis. Une étude de 2011 dans le Journal de la Société Neuropsychologique Internationale attribuer aux personnes âgées un score basé sur leur niveau d’activité sociale - des membres de la famille en visite à des événements sportifs. Les chercheurs ont constaté que chaque augmentation d'un point de leur score d'activité sociale correspondait à une diminution de 47% de leur taux de déclin cognitif. Temps signalé. «La socialisation soulage le stress et il existe un lien énorme entre le stress et les problèmes cérébraux à mesure que nous vieillissons», a déclaré le stagiaire postdoctoral au Rush Alzheimer’s Disease Center de Chicago et l’auteur principal de l’étude Bryan James, dans le magazine.

Vous ne pratiquez pas de détente

Le stress du péage sur le cerveau est effrayant: Une étude de 2014 dans le Journal américain de psychiatrie gériatrique ont rapporté que parmi les personnes déjà diagnostiquées avec une déficience cognitive légère (MCI), les personnes souffrant d'anxiété présentaient également un risque plus élevé de déclin cognitif plus rapide. En fait, le risque de développer la maladie d’Alzheimer a augmenté de 33% chez les personnes souffrant d’anxiété légère, de 78% chez les personnes souffrant d’anxiété modérée et de 135% chez les personnes souffrant d’anxiété grave. Nos résultats suggèrent que les cliniciens devraient systématiquement dépister l'anxiété chez les personnes ayant des problèmes de mémoire, car l'anxiété indique que ces personnes courent un plus grand risque de développer la maladie d'Alzheimer, a déclaré Linda Mah, professeure adjointe à l'Université de Toronto et chercheuse principale de l'étude. communiqué de presse. C’est pourquoi vous vieillirez mieux que vos parents.

Vous dormez régulièrement moins de sept heures par nuit

Si vous êtes une personne âgée, moins vous dormez, plus votre cerveau vieillit rapidement. En se basant sur des scanners cérébraux, des évaluations neuropsychologiques et des enregistrements de la durée du sommeil, une étude réalisée en 2014 par la Duke-NUS Graduate Medical School de Singapour a révélé que «ceux qui dormaient moins d'heures présentaient des signes d'hypertrophie du ventricule et de baisse des performances cognitives», selon un duc. - Communiqué de presse de l'école de médecine des États-Unis. Les travaux effectués ailleurs suggèrent que sept heures par jour pour les adultes semble être le point de mire pour des performances optimales aux tests cognitifs basés sur ordinateur, a déclaré June Lo, Ph.D., auteur principal et chercheur, Duke-NUS Research, dans le communiqué.

Vous mangez de la nourriture minable

En ce qui concerne votre cerveau, vous êtes ce que vous mangez. Un article de 2015 en Alzheimer et démence: Le journal de l’Association Alzheimer ont découvert que le régime MIND réduisait le risque de développer la maladie d'Alzheimer jusqu'à 53% chez les personnes qui le suivaient «rigoureusement» et d'environ 35% chez les personnes qui y adhéraient «moyennement bien». Le régime MIND appelle à manger Chaque jour, au moins trois portions de salade et un autre légume favorisent la santé du cerveau: légumes à feuilles vertes, autres légumes, noix, baies, haricots, poisson, volaille, graisses saines comme l’huile d’olive et le vin (avec modération). ). Et l'un de ces aliments mérite une mention spéciale: «Les bleuets sont l'un des aliments les plus puissants en termes de protection du cerveau», a déclaré Martha Clare Morris, PhD, l'épidémiologiste en nutrition de l'Université Rush, qui a mis au point le régime avec ses collègues. communiqué de presse.

Tu fumes

Si vous voulez faire tout votre possible pour prévenir la maladie d’Alzheimer, éteignez les cigarettes pour de bon. Une analyse réalisée en 2010 par des chercheurs de l’Université de Californie à San Francisco a révélé que parmi les études sans affiliation de l’industrie du tabac, le tabagisme avait presque doublé le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Il est intéressant de noter que des études associant l’industrie du tabac estiment que le facteur de risque est inférieur à un.

Vous habitez près d'une grande route

Les autoroutes causent des niveaux élevés de pollution, ce qui, selon la recherche, peut être une mauvaise nouvelle pour notre cerveau. Une étude 2015 dans le journal Accident vasculaire cérébral ont examiné les personnes qui vivaient à proximité des routes principales et ont conclu que l'exposition aux «particules fines» de la pollution de l'air était une source de préoccupation majeure. «Les expositions à long terme plus élevées à la pollution de l'air ambiant sont associées à des changements structurels dans le cerveau qui pourraient précéder une déficience cognitive et des lésions cérébrovasculaires manifestes», ont écrit les chercheurs. Maintenant, sortez et commencez à adopter ces habitudes saines qui garderont votre esprit vif.